Appel à vos témoignages

Notre activité n’est ni un sport ni une pratique menée dans une démarche sécuritaire.

Nous proposons aux participantes d’élargir leurs compétences et connaissances en matière d’autodéfense verbale, émotionnelle, psychologique et physique dans la perspective de gagner en autonomie et confiance en soi. Malgré notre volonté de lutter contre les représentations et idées reçues qui courent sur l’autodéfense pour femmes, nous rencontrons encore bien des obstacles à la diffusion de cette pratique.

C’est pourquoi, nous faisons appel à vos témoignages pour nous aider à expliquer simplement les enjeux de cette pratique.

Vous pouvez nous envoyer par mail vos témoignages ( inscriptions@faireface-autodefense.fr ) par rapport à ce qu’a pu vous apporter la participation à ces ateliers, votre définition de l’autodéfense ou encore vos histoires de réussite en matière d’autodéfense.

L’objectif de réunir ces écrits est d’alimenter cette rubrique sur notre site internet où nous pourrons les publier (anonymat garanti). Grâce à votre participation, nous pourrons compter sur votre expérience et vos propres mots pour donner envie à d’autres de découvrir l’autodéfense.

———————————–

16/07/2014 :

Un petit message pour vous dire combien j’ai apprécié le stage d’auto-défense que j’ai fait avec vous au mois de mai!

Je vais partir en vacances et je viens de me remémorer les attitudes et les différentes techniques que vous nous avez enseignées. En relisant mes notes, je vois à quel point elles sont efficaces !
Mais j’ai découvert aussi l’utilité de cette démarche qui consiste à adapter progressivement son niveau de réaction.

Plus encore, je pense que votre enseignement m’a donné confiance en moi et que, désormais, je ne me sentirai plus paralysée si je suis agressée !

J’ai aussi beaucoup apprécié l’atmosphère amicale qui s’était installée dans le groupe et l’écoute dont les animatrices faisaient preuve.

A bientôt peut-être pour un stage de « perfectionnement » ou de « remise en pratique »…
Très amicalement.

02/07/2014 :

Cet atelier a été une expérience très enrichissante pour moi. L’autodéfense permet de prendre confiance en soi, en nous faisant réaliser que quel que soit notre âge/taille/poids/… nous ne sommes jamais totalement des demoiselles en détresse et que plein « d’armes » sont à notre disposition.

Mais outre cet aspect là, l’échange avec les autres participantes est un moment très riche et libérateur, en parlant et riant ensemble de nos mésaventures cela permet de se sentir plus fortes.

Je recommande définitivement cet atelier à toutes les femmes.

Merci encore pour l’atelier.

28/05/2014 :

Je me suis inscrite au stage d’initiation pour avoir un peu plus confiance en moi, et, effectivement, dès le premier atelier, on se rend compte qu’un simple changement d’attitude (s’ancrer au sol, regarder autour de nous…) nous donne beaucoup plus d’assurance.
Les moments de partage d’expériences ou de ressenti entre les participantes ont été très forts et ont créé une véritable cohésion de groupe.
Bien sûr on repart avec en poche plein d’outils concrets pour faire face aux situations d’agressions mais il ne s’agit pas juste d’apprendre des techniques d’autodéfense verbales et physiques, c’est surtout un lieu de prise de conscience et de libération, et j’en suis ressortie avec une formidable énergie et l’envie de dire aux femmes qu’elles ont toutes, quelque-soit leur âge ou leur vécu, des ressources insoupçonnées.
Sincèrement merci aux animatrices qui nous ont conduit sur cette voie avec beaucoup de compétences, de tact et de dynamisme !

09/04/2014 :

Cette formation s’adresse à toutes les femmes, quelque soit leur âge, leur appartenance, leur profession, issue d’un milieu défavorisé ou non,… C’est ainsi que se constitue le groupe très varié, avec des attentes communes et différentes. Je suis très satisfaite d’avoir suivi ce cours d’initiation à l’autodéfense. Il permet un partage des expériences, des connaissances… C’est très enrichissant !

Apprentissage des techniques d’autodéfense en passant par l’analyse de la situation, les attitudes, le comportement, le souffle, le cri, le verbal et non verbal, l’ancrage au sol, l’effet de surprise,  tout ceci sans oublier le renforcement de l’estime de soi !!! Désormais, plus fortes et rassurées après le cours, nous espérons affronter des situations difficiles ou compliquées sans peur, en gardant confiance en nous ….

Objectif atteint !! Formation à conseiller à toutes les femmes et filles qui le deviendront !! Merci à cette association et à notre formatrice très accueillante et très impliquée dans la prévention de la violence faite aux femmes !

Merci encore.

18/02/2014 :

C’est un atelier épanouissant qui permet de prendre conscience de sa force ainsi que de ces outils de défense et des différentes stratégies que l’on peut mettre en place pour se défendre où se sortir d’une situation compliquée. Les intervenantes sont très accueillantes, à l’écoute des besoins de chacune. Ils se déroulent dans une énergie positive qui motive et soude le groupe. Merci à toutes, intervenantes et participantes, pour ces moments forts.

21/12/2013 :

Cet atelier m’a laissée un peu perplexe au début… auto-défense : c’est un mot qui peut faire peur mais finalement c’est vraiment à la portée de toutes, pas besoin d’être super sportive, avoir 20 ans ou gaulée comme une armoire à glace (je ne serais pas rentrée dans les critères sinon !). J’étais loin d’imaginer que nous avions toutes autant de ressources enfouies en nous, c’est assez impressionnant ! Cet atelier m’a vraiment permis de reprendre confiance en moi :  avec les techniques enseignées, la façon de respirer, l’attitude, le verbe, tout cela me permet de mieux me tenir, on s’affirme, on ne veut plus subir ! Je peux m’entraîner dans le métro (être bien ancrée, respirer de la bonne façon…). Tous les gestes que nous avons appris sont techniques mais très faciles à retenir et chacune se sent à l’aise avec certains gestes plus qu’avec d’autres, il y en a pour tous les goûts ! J’espère ne pas avoir à utiliser ces gestes mais j’avoue que de les connaître, ça me rassure et je suis maintenant convaincue qu’il y a une grande force en nous capable de nous aider dans des situations difficiles. Les séances ont toutes été très enrichissantes, on n’a pas le temps de s’ennuyer, on était un groupe bien soudé, pas de jugement, chacune vient avec ses difficultés, ses attentes et on ose exprimer ce qu’il y a au fond de nous, on crie, on se libère… Tout ça est très fatigant, on ressort des séances vidées mais tellement remplies ! Merci à vous pour votre écoute, votre partage : je me suis sentie à ma place parmi vous toutes et conclusion, je repars pleine d’énergie, plus confiante (je dors mieux, j’ai moins d’angoisses !)… UN GRAND MERCI !!!

20/12/2013 :

Mercredi soir, vers 19h40, j’ai subi une agression : rien de grave, juste un n-ème mec qui ne comprend pas que quand on recule c’est qu’on veut pas parler et qui se croit permis de toucher les nanas sans leur accord.

J’ai réussi à m’en sortir (je lui ai hurlé de me lâcher, il en était choqué comme si c’était moi l’agresseuse).

Je ne sais pas dans quelle mesure les ateliers m’ont aidée, juste que quelques années avant, j’étais restée interdite quand la même chose m’est arrivée, comme si c’était ma faute. Alors je sais qu’ils ont été utiles.

Merci beaucoup et continuer votre travail qui est toujours malheureusement aussi nécessaire.

09/12/2013 :

Ce qu’a pu m’apporter la participation aux ateliers d’auto-défense pour femmes proposés par l’association Faire Face :

Je dirai en premier, plus de confiance en moi. Cela m’a ensuite permis de redécouvrir ma force physique et de la canaliser. Puis cela m’a permis de me rendre compte de mes capacités à me défendre. Cela m’a permis de reconnaître ce qu’est une agression dans l’espace public, l’espace d’un foyer, dans les liens familiaux, amicaux, les relations intimes. Ces ateliers m’ont appris ou réappris à poser mes limites explicitement de façon verbale et physique. Ces ateliers m’ont apporté une réflexion sur la gestion de ma colère afin qu’elle devienne une énergie constructrice. Je me suis rendu compte que la colère peut être un signe intéressant à écouter et souvent fonder sur des raisons personnelles.

La participation à ces ateliers a chez moi, amorcé un travail, une réflexion, une prise de conscience sur la violence en général et ses causes. Cela m’a aussi permis  de désamorcer des situations de monté de la violence, avec des outils de non-violence, de non victimisation comme le fait de briser un scénario impulsé par l’agresseur/sseuse, me protéger, de discuter de la violence faite aux femmes avec d’autres femmes, avec mes proches.

30/11/2013 :

Une amie qui a subi des violences conjugales a participé à votre atelier « Déclic ».
Ma fille de 17 ans m’a accompagné à Toulouse. Un groupe de tous âges. Je n’hésiterais pas à faire l’atelier « Initiation » dans ma ville pour compléter cette formation. Et j’aimerais surtout en reparler avec des membres du groupe pour réactiver ces apprentissages afin qu’ils deviennent un automatisme. C’est indispensable pour moi.

20/11/2013 :

J’ai participé aux ateliers « Initiation » de Faire Face. Dès le premier atelier, j’ai été agréablement surprise par la diversité des femmes que nous étions, notamment en termes d’âge. Et tout de suite, une très bonne dynamique de groupe s’est installée, dans la bonne humeur et l’envie d’apprendre. Ça m’a permis de me sentir à l’aise pour bien apprendre les techniques d’autodéfense.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ces ateliers, c’est qu’avant d’apprendre les techniques d’autodéfense proprement dites, on parle d’abord de l’importance de se connaître soi-même et d’écouter ses émotions plutôt que les ignorer. Je pense en effet que c’est dans cette démarche de connaissance de soi, de ses propres limites et de ses droits, qu’on peut arriver à prendre sa place dans la société et s’affirmer face aux autres.

Ensuite, on a vu les différents cas d’agressions possibles, verbales ou physiques, et toutes les techniques d’autodéfense qu’il est alors possible de mettre en place. On comprend vite qu’on a plein de manière de se défendre, c’est rassurant, et tout ça sans arme, juste avec son corps et sa voix.

Ces ateliers m’ont vraiment permis de prendre confiance en moi, notamment dans l’espace public, dans la rue, dans le métro, etc. Avant j’avais peur et je me sentais vulnérable dans ces endroits. Maintenant que je sais quoi faire en cas d’agression, qu’elle soit verbale ou physique, je me sens beaucoup plus confiante et affirmée. En plus, je pense que cette confiance en soi est visible de l’extérieur et peut dissuader certains agresseurs potentiels.

17/11/2013 :

J’ai participé à un atelier organisé par l’association « Faire Face »à l’occasion du festival « Bazar au Bazacle ».
Je pense que je n’aurais jamais fait la démarche sans cette proposition au programme d’un festival bien inscrit dans le paysage culturel et militant toulousain.
J’étais plutôt favorable au concept mais sans doute aussi victime des représentations et idées reçues sur l’autodéfense sans pouvoir pour autant les verbaliser… Et puis, à plus de 50 ans, on pense aussi qu’on ne risque plus de se faire agresser…
Je n’ai jamais été une trouillarde et c’est avant tout par curiosité que je m’y suis rendue.  Pour connaître une technique proposée par et pour les femmes. Il est d’ailleurs difficile à comprendre pourquoi le terme « auto-défense » est si mal perçu alors qu’on nous inonde d’images et d’informations violentes qui tendent à persuader les femmes qu’elles sont bien des proies faciles… mais pourquoi devraient-elles le rester ? Ce n’est pas en entretenant la peur qu’ils pourront nous aider ! ni en nous laissant imaginer que nous ne pouvons nous en sortir qu’en étant « accompagnée » (par un homme ou un protecteur).

J’ai beaucoup apprécié de participer à un atelier regroupant des femmes de tous âges, d’échanger à l’occasion d’exercices ciblés : techniques verbales simples pour se débarrasser d’un gêneur ; réflexions sur la peur trop souvent mauvaise conseillère ; techniques physiques à la portée de toutes les carrures et de toutes les constitutions pour aller plus loin et être efficace quand le gêneur est, ou devient, un agresseur.
La technique du Femdochi apporte une assurance, une maîtrise de la peur panique qui fait perdre tous ses moyens, une découverte des moyens à notre disposition (sans arme, pour toute faible femme que nous pouvons représenter) pour prévenir, maîtriser, voire anéantir la violence de l’agresseur.

Il me semble que les ateliers « Déclic » devraient être proposés aux lycéennes, ou en techniques éligibles au DIF (Droit Individuel à la Formation). Ce serait la meilleure prévention des agressions car les filles et les femmes pourraient prendre de l’assurance et ne plus se voir comme une proie ou une victime potentielle. Ne plus avoir la peur en tête véhiculée par les médias à chaque nouvelle tragédie dont ils se font l’écho.